Kubachy

 

Kubachy. Pas d´eau, pas d´éléctricité, pas de route, pas de... . Bref, rien. Juste la foret. Personne ne voulait y aller. "Ça ne sert a rien. C´est des bons-a-rien, on ne peut rien faire avec eux..." Toujours le même refrain, les autres, ce sont les pires du monde... surtout s´ils sont encore plus miséreux que nous... Nous y sommes allés, et nous avons organisé un de nos premiers Akana me. Le premier prix, un gigot, le deuxième, un paquet de lessive... Ce fut un succès, bien qu´il a fallut sacrément improviser. Ensuite, pendant plusieurs saisons nous les avons amenés aux répétitions, pris en tournées. Les filles sont venues avec nous en France, plus d´une fois... Des stars, comme la « Chinoise », se sont affirmées ...

Après, on n´arrivait plus a suivre, ce n´est pas la porte d´a côté, sans le coup de main au niveau du transport de la part de nos amis français, c´était trop compliqué. Mais on a réussi quand-même quelque chose d´incroyable : de la poubelle – a la scène. Dans l´immédiat, ce sont des rencontres furtives près des poubelles de la cité, avec des demandes désespérées de qques sous pour prendre le bus ou aller a l´hopital... Mais aussi des souvenirs plein les têtes, si c´était possible, les filles enverraient leurs enfants tout de suite en répètes...