hiver 2011

Clamart – Semaine de la Solidarité, Expo sur le groupe, 19. 11. 2011

Paris – Intervention au CCFD, 19.11.2011

Montreuil – Akana me, Ecodrom, 20.11.2011

Paris – Réveillon Tzigane en Zone libre, Cirque Romanès, 31.12.2011

Le Cirque

1er janvier 2012. JT de TF1 de 13 heures. Le reportage s´intitule „La Joyeuse pagaille du Nouvel An au Cirque Romanès“,... ou quelque chose dans ce genre. C´est un scoop. Le premier Journal Télévisé de la Nouvelle Année doit avoir une audience autour de dix millions de téléspectateurs ! Bravo pour le sens de la communication de Mme Romanès, Délia la Terrible, qui est non seulement un véritable fauve de la piste et des dédales de son Cirque, mais aussi un prédateur redoutable de la une des journaux et magasines, prime-times des télés, exclusivités des  radios… Bref, il n´y a pas une semaine sans reportage de premier plan sur les Romanès, et ce n´est pas dû au hasard, mais aux talents et à la ténacité de Madame la Directrice, sans oublier son poète et écrivain de mari, Alexandre, directeur de son état, qui n´en rate pas une non plus, dès qu´il est question de parler de son Cirque ou de ses bouquins. Mais le Jour de l´An, plus exactement à minuit pile, les deux communicants brillaient par leur absence et la piste du châpiteau s´est retrouvée vide, sans commandement, désemparée, en devoir d´affronter le passage au Nouvel An sous les feux de la rampe et des caméras de TF1 et FR3 en particulier... Qu´est ce qui s´est passé? Eh bien, tout simplement le brave Alexandre en a eu sans doute assez de voir sa Délia légèrement émoustillée, en forme en vue de l´événement qui approchait (pourtant ce n´était rien de disproportionné, juste une bonne humeur de circonstance), et craignant sans doute que la situation se détériore, il a préféré quitter le champ de bataille, ce qui, j´imagine, ne lui était encore jamais arrivé jusque là. Toujours, je l´ai vu tenir ferme le gouvernail de son navire, même si parfois celui-ci chavirait sérieusement, jamais il ne l´aurait abandonné. Mais là, vraisemblablement c´était la fameuse goutte de trop, et quelques instants avant minuit, il a disparu. Complètement. Un vrai numéro de prestidigitation. Mais pas au bon moment, même si l´endroit s´y prêtait. L´embêtant, c´étaient les télés qui étaient là pour le scoop du lendemain, on savait que les reportages allaient être diffusés le Jour de l´An à midi, sans parler des quelques six cent personnes qui remplissaient à ras-bord le châpiteau, ont payé pour, et voulaient passer au 2012 à la Tzigane, ont même mis un accoutrement tzigane, puisque le costume romano-gitano était de rigueur, comme le précisait aimablement le flayer d´invitation. Et moi, je me suis retrouvé seul au milieu de tout ce bazar, le micro à la main, la caméra béante de TF1 en pleine figure, sachant que le compte à rebours a commencé, il n´y a pas où s´échapper, et il ne reste qu´à assurer. Tout compte fait, ce n´est pas la mer à boire... combien de fois j´ai assumé de semblables  responsabilités au cours de ma carrière de cabaretier et artiste de la nuit. Mais à chaque fois les choses étaient au moins un peu convenues, définies d´avance, je savais que c´était moi qui devait mener le bal, j´avais mes musiciens, mes chanteurs, ça roulait tout seul. Mais là, rien ne roulait, au contraire ça se grippait sérieusement, il n´y avait plus de direction, pas  plus que de frein, et on se rouait à la catastrophe si personne ne prenait les choses en main. Alexandre s´est éclipsé, Délia n´était manifestement pas trop en mesure d´assurer quelque chose de cohérent, alors il ne me restait qu´à lancer, le micro à la main, le décompte pour le Nouvel An. Il n´y a plus une seule minute à perdre. Minuit est là. Je siffle un bon coup. Tous les Kesaj autour de moi accourent et se tournent vers moi. Je crie en slovaque: “Tout le monde fait comme moi!!“ et je commence à compter en tzigane en hurlant: “Yekh, douille,...“ Tout le   monde me suit, pour ca, les Kesaj sont bien dressés, si je sautais par la fenêtre dans un moment de transe, ils me suivraient comme un seul homme. Comme c´est un moment exceptionnel, je carbure à 200 %. Entre deux chiffres, repris en chœur par toute l´assistance, j´ai le temps de me rendre compte que je ne sais compter en tzigane que jusqu’à 8 (c´est ce qui est utilisé en musique). Mais nous passons au 2012, et pas à 2008! Et bien sûr, ça la ficherait mal si tout à coup je passerais à 9 en slovaque ou français. Du moins c´est ce que je crains, ayant la camera direct devant moi, donc une responsabilité morale à assumer vis-à-vis d´Alexandre, qui attache énormément d´importance à l´image d´authenticité de son Cirque (les jupes longues sont de rigueur et les dents en or de circonstence...). Donc au fur et à mesure que j´avance vers trois, quatre, je me rends compte de tout cela, et je me pose la question est-ce que les nôtres auront la présence d´esprit de continuer à compter tout seuls après le huit en tsigane pour parvenir jusqu´ au 12..? Tout en me doutant bien qu´il n´en serait certainement rien, car ils n´ont absolument pas l´habitude de ce genre d´amusements convenus de bon aloi, en usage dans la bonne société qui est la nôtre. Ils passent généralement au Nouvel An dans une allégresse qui n´a pas besoin de comptages ou décomptages, on danse jusqu´au matin, et on compte pas les heures, pas plus que les années ni les bouteilles...J´en suis au six, vient le sept, puis huit, je regarde intensément Cyril qui est en face de moi, je laisse un dixième de seconde pour voir s´il s´engage vers un neuf en romani salvateur...  Et non, c´est bien ce que je craignais, il me regarde aussi avec les yeux écarquillés, prêt à tout, sauf à compter. Alors il faut que je fasse quelque chose, que je me débrouille  tout seul, comme un grand. Tout se joue dans cette fraction de seconde, à l´instant même. Si seulement il n´y avait pas cette fichue caméra braquée droit sur  moi... Bon, il n´y a pas le temps de tenir une conférence, je ne peux pas me volatiliser, il y a TF1, ça sera au JT de 13h, il faut assurer. Alors voyant que du point de vue linguistique c´est zéro de la part de mon entourage immédiat, je fais la seule chose que je peux faire, je passe instantanément à la préhistoire, et je gueule comme un bon vieil homme de Cro-Magnon ou Neandertal quelque chose comme: “wouahaa, wouhaa!“ Et encore, et vas-y! Cyril, les Kesaj, et le public enjoué et émerveillé, tous me suivent comme un seul homme, ça gueule à fond la caisse, je suis heureux, j´assure face à la caméra, le caméraman tient son scoop, on passe à la Nouvelle Année. Mais on ne sait toujours pas à la quelle. Dans l´intense émotion du moment et surtout dans le stress du comment ça va finir, j´ai, bien sûr, oublié de compter combien de fois j´ai bramé, trop heureux que tout le monde me suive et que ça marche. Donc au pif, je lance en apothéose une ultime gueulante finale et je me plonge dans une danse frénétique à la Pierre Richard avec tout ce qui bouge à bout portant (je veux surtout éviter de me retrouver tout seul avec Délia dans les bras, ne connaissant pas son degré d´indisponibilité, je ne veux pas finir comme il y a deux ans, pareil, TF1 braqué sur moi, et Délia de tout son poids effondrée sur mon épaule, incapable de bouger un pied), je fais de l´animation et tout et tout... Car une fois le décompte fait, il fallait bien que quelque chose se passe. C´était quand même le Nouvel An! Généralement dans ce genre de circonstances l´orchestre  enchaîne les tubes nostalgie pour faire danser les gens, une petite allocution avec des voeux peut être de mise..., gentiment.  Là il n´en est rien, personne pour éloquer, personne pour enchaîner. Les musiciens du cirque, comme touts bons fonctionnaires qui se respectent, n´en touchent pas une, trop contents que ce soit la cata générale (le sens de l´autodestruction chez les musicos roms est remarquable...), Alexandre est aux abonnés absents et Délia n´a pas l´air de vraiment réaliser ce qui se passe, trop habituée aux commandes de son mari, elle reste désemparée à reprendre ses esprits.  Alors je cours comme un fou de droite à gauche, faute de musique, je continue à gueuler des onomatopées (je ne connais pas les textes des chansons, d´habitude je ne fais que suivre les solistes en braillant, et là, il n´y a pas un soliste a l´horizon, il n´y a que moi pour brailler comme un chameau dans le désert). Les Kesaj font comme moi, le public aussi, tout le monde croit que  cela doit être comme ça, que c´est le programme, que c´est comme ça chez les Tziganes au Réveillon. TF1 filme, et le lendemain dix millions de téléspectateurs regardent ça. Heureusement que le réalisateur a eu la bonne idée d´appeler le reportage „La Joyeuse pagaille au Cirque Romanés“... Le moins que l´on puisse dire, c´est qu´il n´y a pas eu tromperie sur la marchandise: C´était vraiment le bordel total. Et c´était joyeux!   

Nous avons ainsi passé notre troisième Réveillon au Cirque Romanès. Apres le fameux décompte en direct différé nous avons dansé jusqu´au matin en mettant une ambiance à tout casser. Nous n´étions pas au complet. Juste une dizaine qui est devenue au final une quinzaine à venir en avion, ce qui représente un attrait particulier avant tout pour les petits pour les quels c´était leur baptême d´air. Et c´était très chouette de partager ces moments avec eux. Ce n´était pas une sortie prévue longtemps à l´avance, au contraire, cette fois-ci, depuis longtemps  nous étions décidés de passer enfin des Fêtes tranquilles, bien au chaud à la maison. Mais au fur et à mesure que celles-ci approchaient, les gamins me demandaient s´il y aurait quelque chose comme sortie pour la fin d´année, manifestement, ils seraient tous partants, personne ne voulait rester à la maison. A part Helena et moi... 

Viac tu: http://www.kesaj.eu/fr/projekt/kesaj/ako-sme-pokracovali/cirkus-romanes/