Tchiriklif

 

« Tchiriclif » premier centre artistique tsigane en France accueille les « Kesaj Tchave » en mars à Paris

12 mars 2013 By la rédaction

Culture. La tournée du groupe musical slovaque Kesaj Tchavé passera par Paris, lors de l’inauguration de Tchiriclif, le centre artistique tzigane créé par Délia et Alexandre Romanès. Découvrez ces deux événements, dans la capitale, du 23 au 25 mars prochain, et dans différentes villes pour la tournée des Kesaj Tchavé.

                            

 Kesaj Tchavé, de la rue à la scène, de la scène à l’école

Après de plus de dix ans de pratiques artistiques avec des gosses de la rue, ayant réussi le grand écart entre les bidonvilles et le Zénith (de Paris…), les Kesaj Tchavé ajoutent un cartable à l´étui de leur guitare. Helena et Ivan Akimov, fondateurs et animateurs du groupe, ont ouvert un collège rom à Kežmarok, destiné à la population des « colonies » tsiganes des environs.

Le collège offre la possibilité à ses élèves de poursuivre leurs études jusqu´au baccalauréat, avec le romani comme langue étrangère. « Nous espérons faire passer le romani du statut de langue étrangère à celui de langue d´enseignement », déclare Ivan Akimov. « Pour que les enfants Roms ne soient plus étrangers dans leur propre pays, pour qu’ils apprennent et maîtrisent notre monde avec leurs mots, afin que ce monde devienne aussi le leur. Dans ce combat singulier qui est celui de l´éducation, dont tout le monde se réclame mais auquel bien peu de “décideurs” participent, l´objectif premier de la tournée est d’abord de pallier les carences alimentaires des enfants. Ensuite, il s’agit de réunir des fonds nécessaires pour payer le loyer de l´école. En jouant et en dansant. Eh oui, à la tsigane… faute de mieux ! »

Voir le programme de la tournée des Kesaj Tchavé http://kesaj.blogspot.fr

Tchiriclif, le meilleur de la culture tsigane, sous toutes ses facettes

Il était une fois un cirque improbable fait de bric et de broc, de musiciens Roms exilés, d’une terrible Délia et d’un Alexandre – nom de naissance Bouglione, devenu Romanès –, moitié poète moitié dresseur de chat… Il y a déjà plus de quinze ans que les spectacles du cirque Romanès ébouriffent et embrasent un public émerveillé et surpris qui ne comprend pas pourquoi. « C’est compliqué de faire simple », dixit Alexandre. Et puis, il y a la rencontre avec les Kesaj Tchavé, 35 mômes qui chantent et qui dansent, il faut les accueillir, les nourrir et ils enflamment le chapiteau…

Et pourquoi le cirque Romanès ne deviendrait-t-il pas le premier centre artistique tsigane de France, en accueillant des artistes du monde entier ? « Bon, une idée c’est bien, témoigne Elizabeth Croze, membre du collectif Tchiriclif, mais comme le verbe fait naître le concept, à force d’en parler, comme Délia est particulièrement déterminée même quand cela semble impossible… on se lance pour le meilleur et… pour le meilleur de la culture tsigane, sous toutes ses facettes. Et on se lance dans l’aventure, envers et pour tous, les 23, 24 et 25 mars 2013, à Paris, puis en septembre à Marseille, capitale européenne de la Culture. »

Présentation et programme Tchiriclif : http://www.tchiriclif-centreartistiquetzigane.com

 

Tchiriklif 2013

Tchiriklif 2013 suite