Ils ont écrit à propos de nous

 

 Les Roms attirent toujours l´attention, les médias les affectionnent tout particulierement... parfois même un peu trop...

Heureusement, en ce qui nous concerne, nous n´avons pas à nous plaindre .... .

  

"Le spectacle, bourré d´énergie, avec 35 personnes sur scène, est  grâce à l´absence du moindre semblant de pathétisme, l´opposé exact d´une chorégraphie folklorisante, tout se passe dans un tempo étourdissant à la limite des possibilités humaines."

P. Doruzka, Rock & All Magazine, septembre 2016

 

Lettre de Pierrot BOSSER à l'Ambassadeur de Slovaquie - 07/11/2005

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Notre Festival mondial de folklore recevait au mois d’août dernier un ensemble folklorique de votre pays : le groupe "Kesaj Tchavé", constitué de 25 jeunes de 8 à 16 ans, originaires de Kezmarok en Slovaquie orientale, plus précisément de la rue Hradna.

Depuis plus de 20 ans, nous avons accueilli près de 8000 artistes amateurs et professionnels de toutes les régions du globe. Si aujourd’hui je vous fais ce courrier c’est tout simplement pour vous dire que jamais dans notre histoire nous n’avons connu une émotion aussi intense qu’avec ces jeunes Tziganes. Pour vous décrire la semaine magique que nous avons vécue, je reprendrai les termes de l’un des nombreux articles de presse parus suite à leur passage dans

notre festival :


« Quand le coeur devient Tzigane… Le passage de "Kesaj Tchavé" (Slovaquie) au Mondial’Folk restera gravé très très longtemps dans la mémoire du festival. Couleurs flamboyantes, tours de jupons effrénés, énergie explosive, les enfants tziganes de Slovaquie nous ont tous retournés comme des crêpes. Nés dans la rue, Ivan les a recueillis avec son épouse et en a fait la troupe Kesaj Tchavé, la fée des enfants. Une heureuse spontanéité, une joie de vivre incroyable et l'âme tzigane dans chacun de leurs chants : moins de deux minutes en leur compagnie et la gorge se serre, le coeur explose, une émotion intense s'empare de vous. Ces mômes, ils ont le visage rayonnant et leurs voix d'enfants percent la musique de la balalaïka d'une manière déchirante. Leur spectacle : de l'improvisation et surtout, surtout, de la vie. Xavier se souviendra longtemps de sa petite équipe, lui qui les accompagnait à Plozévet. Leurs adieux sur la place Henri-Normant en disaient long sur les moments de bonheur partagés. Les larmes roulaient sur ses joues et sur les joues des enfants. Les yeux des Plozévétiens, en bas de la scène, étaient humides, eux aussi. Il est des rencontres comme ça, furtives, éphémères, telle-ment précieuses. Une chose est sûre : le coeur des Plozévétiens sera désormais toujours un peu tzigane. »


Et que dire de Ivan Akimov, leur dirigeant certes mais surtout à la fois leur père et leur grand frère… si ce n’est un personnage exceptionnel. C’est une image extraordinaire de la Slovaquie qui nous a été donnée.
Je vous demanderai de féliciter et d’encourager officiellement la démarche et le comportement de ces représentants de votre pays.

J'ai l'honneur, Monsieur l'Ambassadeur, de présenter à Votre Excellence l'expression de ma très haute considération.

 

Pierre Bosser, Président du Festival Mondial´Folk, Plozevet

www.mondialfolk.org

 

 

 Kesaj Tchave, danse et musique des enfants roms

Article paru sur www.obiwi.fr le 01/10/2008 -

Des enfants Roms de bidonvilles slovaques font fi des discours pour produire sur scène l'émotion et l'énergie.

 

En France comme ailleurs nous entretenons avec les Tsiganes un rapport ambiguë d'attrait et de rejet. Plus exactement, le racisme accepté à leur encontre se conjugue avec un succès croissant des évènements culturels portés ou inspirés par l'univers tsigane: musique, cinéma, théâtre, mode. On applaudit debout un manouche joueur de jazz et le lendemain on appelle le maire pour s'indigner du stationnement de caravanes à proximité de chez soi, parce que ces gens là … Une caractéristique et aussi une cause des discours racistes, assumé ou machinal, est l'appréhension de personnes en tant que groupe, niant ainsi l'individu. L'expression administrative "Gens du voyage" est à ce titre éloquente puisqu'elle ne se conjugue qu'au pluriel.

C'est à la lueur de ces précisions que la performance de Kesaj Tchave est remarquable. Alors que ce projet concerne des enfants visant dans des conditions matérielles désastreuses, on ne perçoit pas le moindre misérabilisme dans les créations, juste une énergie étourdissante. Pas non plus de discours généraliste sur la condition des Roms, juste une attention aux parcours de vie de chacun.

Voilà un projet porté par un musicien à la biographie déjà bien garnie et qui démarre sans aucune motivation commerciale, avec des enfants des bidonvilles roms en Slovaquie. De l'idée de se servir de la musique et de la danse comme supports de valorisation des personnes, Ivan Akimov a développé un travail collectif qui a rapidement trouvé à se réaliser sur scène. Des scènes aussi diverses que celles improvisées du festival des bidonvilles à l'immense machinerie du festival Sziget.
Kesaj Tchave est donc tout à la fois un projet de terrain destiné à ceux chez qui personne ne mettrait les pieds, et une réalisation artistique de tout premier plan. Ivan Akimov a réussi comme réussissent les têtus idéalistes: en ne s'appuyant que sur les aspects positifs de chacun et de chaque chose.
On le sait, la force émotionnelle des musiques tsiganes est souvent cette capacité à jouer tout à la fois la joie et le désespoir. Cette émotion portée par une sincérité et une énergie désinvolte a toute les chances de vous transporter bien plus loin que vous ne l'imaginez.

 

 

Lettres des enseignantes et des élèves des Ecoles Torrigné et J. Prevert, qui ont participés à la Résidence de Rennes 2013

Cher Ivan,

Voici comme promis un autre courrier. Pour dire au-revoir, pour dire merci, pour le plaisir... Chacun de mes élèves a écrit une lettre, avec beaucoup de coeur. Il y a aussi des dessins de la Tour Eiffel, et les photos. Elles valent ce qu´elles valent, mais ce sont de très heureux souvenirs. J´en ai accroché plein dans la classe, et les enfants adorent aller les contempler, les commenter.

Les parents qui étaient là le soir du concert à la MJC de Bréquigny ont beaucoup aimé, ils me l´ont dit.

Pour ma part, comme je te le disais dans un mail, je reste profondément touchée, marquée par cette rencontre. C´était BEAU, tout simplement... Tout simplement, et pourtant si rare dans ce drôle de monde.

A la maison, je transmets à mes 2 enfants un peu de la musique des Kesaj Tcahve, avec le CD, et aussi avec le dernier Pitt´Ocha (on est accro depuis le début!).

Bref, merci à toi, merci à eux!

Belle route à tous.

A une prochaine fois, par mail, ou dans un festival, ou autrement encore. Passe s´il te plaît un très chaleureux bonjour à tous les jeunes!

Alexia

PS: j´allais oublier: le dernier n. de notre journal de l´école, avec Kesaj Tchave à la une!

 

Le P´tit Prévert

DU BONHEUR EN COULEUR!!!

KESAJ TCHAVE

A la rencontre des enfants de la fée

 

Pendant 2 jours, les jeudi 28 et vendredi 29 mars, nous et les élèves de CM1 de la classe de MM, Bécel et Lechaux avons vécu des moments exceptionnels, magiques, avec les enfants de la fée Kesaj: les Kesaj Tchave.

Il s´agit d´un groupe de jeunes danseurs, musiciens et chanteurs roms de Slovaquie. Ils sont accompagnés par Ivan Akimov et son épouse Helena. Ivan est un grand joueur de balalaïka.

Jeudi matin, les Kesaj Tchave sont arrivés à l´école en chantant et en dansant, et tous les éleves ont assisté à un concert formidable dans le gymnase. Ils dansent et chantent très bien, et les filles ont d´immenses robes très colorées qui tourbillonent dès qu´elles bougent. Très vite, ils ont entrainé tout le monde dans la danse!

L´après-midi, et le vendredi toute la journée, nos deux classes sont allées à la MJC de Bréquigny pour faire des ateliers de danse / chant et pour répéter avec eux en vue du concert du vendredi soir.

Les plus grandes des Kesaj Tchave ont appris aux filles quelques pas de danse et chorégraphies, et les plus grands ont fait la même chose avec les garçons. La danse des filles et celle des garçons sont tres différentes. Les garçons font parfois des claquettes, des acrobaties et des percussions corporelles. Nous avons aussi chanté avec eux certains chants de leur répértoire, que l´on avait préparés tous les lundis avec Manu, un musicien.

Ils ne parlent pas le Français, mais pourtant nous avons énormément échangé et appris, juste grâce à la danse, c´était incroyable! Ils ont une énergie fantastique et ils ont su nous transmettre plein de choses avec beaucoup de générosité. Nous avons aussi pu échanger avec eux des moments de détente, entre deux répétitions: nous avons partagé des gâteaux que nous avions amenés, nous avons dessiné, nous leur avons demandé des autographes, certains parlaient un peu anglais.

Les kesaj Tchave avaient amené beaucoup de robes superbes pour les filles: elles étaient ravies de pouvoir les mettre et de se faire maquiller par les Kesaj Tchave! Puis ca a été le grand moment du concert: de l´énergie, des couleurs, des sourires, de la musique, des voix, de la danse... Un tourbillon qui a vite entrainé une bonne partie du public!

Ce fut une rencontre inoubliable pour la plupart d´entre nous. merci les Kesaj Tchave, on espére croiser encore votre route un jour!

Elèves de CM2, Mme Olivier, Mme Freslon

 

Bonjour, je n´oublierais jamais le concert, j´aurais aimé que vous restiez un peu plus de temps avec nous. J´ai adoré ces deux jours avec les Kesaj! Vous portez bien votre nom les enfants de la fée Kesaj. Vos chansons sont magnifiques, vos pas de danse et les musiciens aussi. J´aurais aimé apprendre plus de choses sur vous. Je vous remercie d´etre venus. J´espére vous revoir!

 

Bonjour,

Dobrý deň,

C´est Nabil. To je Nabil. Est-ce que ca va? Ako sa máte? J´ai beaucoup aimé ces deux jours avec vous, danseurs, musiciens et chanteurs exceptionnels.  J´ai appris des pas de danse mais ils sont quand meme durs.  Je vous remercie à tous et pour m´avoir appris. Salut 

 

Salut, les Kesaj!

J´ai passé deux jours formidables avec vous!

Je n´ai jamais vu de si bons danseurs, les filles avec leurs grandes robes sont super jolies! J´adore votre nom: „Les enfants de la fée“. Le moment du gouter avec vous était super. Je vous remercie de ce que vous m´avez appris (pas de danses, claquettes...). Je vous admire. J´ai aimé le concert. J´espére vous revoir, A bientôt!

Elisha!

 

Bonjour les Kesaj Tchave

Je suis tres content d´avori passé une demi-journée avec vous, d´apprendre vos chansons et de danser avec vous. Je suis content que vous soyez venus à Rennes. Merci!

Okan Gurel

 

Hi,

Merci Kesaj Tchave pour tout ce que vous nous avez appris (la danse), merci pour avoir été aimables avec nous. Vous étes incroyables! J´ai adoré ces deux jours avec vous!!! J´étais tres fatigué à la fin. Au spectacle j´aurais aimé rester à la MJC toute la soirée.

Salut Dominik, j´espére te revoir bientôt

Tim

 

Bonjour les Kesaj Tchave,

Un grand merci pour les pas de danse, et pour le grand

concert, les entrainements étaient super. J´ai aimé

vos robes et surtout quand elles tournaient, j´ai passé

de trés bons moments avec vous. Un grand merci!

Je n´oublierais pas ce grand moment passé avec vous!

Je ne vous oublierais jamais les Kesaj Tchave!

J´espére vous revoir.  Au revoir!   Neary Moeur!

I love Kesaj Tchave

Salut...

 

Tout d´abord un grand merci à vous les Kesaj Tchave et aussi à Yvan  et Helena pour etre venus ici à Rennes. Jamais je n´oublierais tous ces moments passés avec vous!!! J´ai beaucoup aimé les pas de danse que vous nous avez appris. Vous etes des danseurs et chanteurs exceptionnels, vous etes gravés dans mon coeur à jamais.

 J´ai aimé vos robes! Vous étes fabuleux!!!

J´espére vous revoir!

Merci!

Cassandra

 

Bonjour les Kesaj Tchave!

Je vous remercie de nous avoir appris votre musique et vos danses, cela a été un grand moment de plaisir. Vous étes de tres grands danseurs!

A bientôt au-revoir

Nathan

 

Bonjour,

Je suis Lisa, j´ai pasé des bons moments avec vous. Je me suis bien amusée, vous m´avez appris plein de choses. Au revoir et à bientôt les Kesaj Tchave

Lisa

 

Bonjour les Kesaj Tchave,

Je me suis bien amusée pendant ces deux jours, c´était mes jours préférés.

J´aimerais qu´on soit encore avec vous.

J´ai aimé vos robes.

C´était super!!!

Merci pour cette rencontre.

Ayse Lezgin

 

Bonjour, les Kesaj Tchave!

Jeudi et vendredi, c´était super! Je me suis bien amusée, et les pas de danse étaient géniaux.  Et meme si vous ne parlez beaucoup le francais, on a quand meme un peu compris comment vous vouliez qu´on se place, etc.  Les robes étaient tres jolies. Et Cyril danse hyper vite, on aurait dit Speedy Gonzalez.  C´était vraiment extraordinaire quand les petits faisaient les saltos, enfin voila!  J´espére qu´on va bientôt se revoir. J´ai vraiment adorée.  Au revoir et à bientôt 

POLHOŠ, SIMONA, SLAVO, MARIA, MIRA, PATA, DOMINIK, KATKA, YVAN, Cyril le roi de la danse, TOMIE, STEVO, TOMAS, GIZELA, KESAJ TCHAVE

Jessie

 

Les Kesaj Tchave!

J´ai vraiment aimé ces 2 jours avec vous! Quand vous nous aviez „appris“ vorte danse c´était bien. Vous avez beaucoup d´énérgie! J´ai trouvé que votre danse était superbe. Quand nous avons été sur scene avec vous, je me suis beaucoup amusé! Vous dansez vite, bien, et vous donnez envie de danser! Quand nous nous sommes quittés le Jeudi 28, j´ai eu tres hate de revenir le Vendredi 29 mars. Je vous remercie de votre présence, votre énérgie, c´était super! Merci et au revoir!

 

Bonjour les Kesaj Tchave

J´ai passé une tres bonne soirée, le spectacle était formidable! Vous chantez et dansez tres bien. Nous n´avons pas pu vous dire au-revoir. J´espére qu´on se reverra un jour.

Continuez comme ca!

Déborah

 

Bonjour, vous étiez exceptionnels lors de notre rencontre. J´ai hate de devenir comme vous. Vous étiez aussi magnifiques avec vos costumes, vous etes rapides. J´ai ressenti quelque chose de bizzare pendant la préparation pour le concert. Cyrille m´a coiffé et c´est lui qui nous a appris à danser. Et j´ai ressenti que Cyrille était mon meilleur ami et mon frere. Le KESAJ que j´ai préféré était Cyrille. En tout cas vous allez tous beaucoup me manquer. Moi j´ai beaucoup aimé le concert.

Nadim

 

Salut les Kesaj

Déja, j´aimerais vous remercier pour le moment que vous nous avez fait passer avec vous. Vous etes formidables, sachez que je n´oublierais jamais ce moment passé avec vous. Aussi, les pas de danse que vous nous aviez appris, vos robes, tout était superbe. Merci mille fois, Au-revoir les Kesaj Tchave

Delphine

Kesaj Tchave!!! Je ne vous oublierais jamais 

 

Bonjour à tous, j´ai passé un bon moment avec vous tous, je me suis bien amusé. J´ai été impatiente de vous rencontrer le jeudi. J´ai bien aimé apprendre les pas de danse des filles. Les robes sont tres tres tres belles, elles ont des belles couleurs. C´était bien de prendre un gouter avec vous tous. J´ai été contente de faire le concert avec vous. J´ai adoré!!! Je n´oublierais pas ce moment passé avec vous tous. Au revoir!!! Et merci beaucoup!!!

Maela Sayede

 

Bonjour, les Kesaj Tchave

Je me suis bien amuséé pendant ces deux jours, car vous chantiez tres tres bien et que vous étiez marrants, et vous dansiez bien.  J´espére qu´on pourra vous revoir encore, car ces journées étaient merveilleuses, et magiques. Surtout quand vous deveiz venir, j´étais impatiente de vous voir. Tous les soirs, je n´arrete pas de penser à ces deux journées que l´on a passées ensemble. Et vos robes étaient trop belles! Au revoir, les kesaj tchave et merci beaucoup à vous pour ces belles journées. 

Souraya

Cyril, Mira, Athony, Yvan,Helena, Kesaj Tchave, je vous aime

 

Bonjour, 

J´ai bien aimé ces deux jours avec vous. Quand on vous a entendu chanter on était impressionné. Aussi ai beaucoup aimé Cyril et Dominique

Theo

 

TT 18.35 Arte Magazine

13 décembre 2014

Arte reportage

Slovaquie : Les Enfants de la Fée

/Présenté en alternance par Andrea Fies et William Irigoyen/ Reportage de Yann Le Gléau et Sébastien Mesquida  (France, 2014, 40 mn)/55 mn. Inédit.

Tous les jours,  à 14h tapantes, Ivan Akimov vient chercher avec sa voiture une dizaine de jeunes Roms habitant un bidonville prés de Kezmarov, dans l´est de la Slovaquie. „Cette population a du mal à sortir des on enfermement. Du coup, plus il y a d´enfants, mieux c´est. On les prend tous.“ Ivan prend ensuite la direction du lycée qu´il a crée pour eux et d´un espace de répétition ou les jeunes Roms apprennent à danser et à chanter ensemble, au sein de leur troupe Kesaj Tchave („Les Enfants de la Fée“ en langue tsigane). Seuls les meilleurs auront droit de partir en tournée et de faire deux dates à l´Olympia, à Paris, en première partie des Ogres de Barback. Un rêve pour ces gamins de la misère et de la boue, jamais sortis de leur village. Et un travail titanesque pour Ivan, qui, en plus de coordonner les répétitions, doit trouver des vêtements de scène, des chaussures, et convaincre les parents de faire faire une carte d´identité à leurs enfants.

Ivan Akimov, ex-exilé politique tchécoslovaque en France, connaît les exigences des spectacles internationaux. Face à Vlado, Lucia et Kika, l´homme, ogresque et tendre, se transforme en metteur en scène fiévreux, les exhortant à prendre leur destin en main à travers cette aventure artistique. Depuis les bidonvilles slovaques, filmés par des drones, jusqu´à la scène de l´Olympia, où, robes de mille feux, voix polyphoniques, les corps débordent d´énergie. Trente minutes de bonheur avec des Tsiganes heureux.  

Emmanuelle Skyvington

TELERAMA

Rediffusion 15/12 à 6h50

 

Pour ces enfants tsiganes, un reve devenu réalité : chanter, danser sur scene

 

 

Prešovský Večerník, mercredi, 26 novembre 2014

Ce dimanche, à dix heures, se produira dans la Concathédrale de St. Nicolas Ivan Akimov avec son ensemble, en tant que ´invité durant les Fêtes de la célébration de St. Nicolas. A la fin il présentera un court programme spirituel. Dans leur interprétation nous entendrons aussi l´hymne de la concathédrale, le Saint Nicolas. Il est à souligner que cette oeuvre a à ce jour dix sept traductions, parmi les plus récentes en langue des Philipines et en japonais. La soeur Stellamaris et l´association Magis peuvent se réjouir de les voir se produire devant leur stand  cet après-midi.

Ivan Akimov, avec son ensemble, viennent de rentrer récemment de Paris, où ils se sont produits dans la prestigieuse salle de l´Olympia, ce qui est le rêve de nombreux artistes. „Le point culminant de notre séjour était la production à l´Olympia, et ce, deux fois à la suite. Les concert était très, très réussi.  Je pense qu´à la différence des autres tournées, et nous en avons à notre actif plus de soixante, cette fois-ci  le mental a joué un rôle primordial. Pratiquement tous les participants sont  en même temps des étudiants de notre lycée. Nous avons ensemble passé en détail tous les aspects de la production dans une salle aussi prestigieuse que celle de l´Olympia. C´est très important pour les Roms, pour la Slovaquie, pour les bidonvilles des quels viennent tous nos membres. La présence de  TV Arte ne faisait que renforcer ce sentiment de responsabilité, puisque le reportage sur la tournée sera diffusé non seulement dans toute l´Europe, mais grâce à TV5 International aussi sur tous les cinq continents. Durant notre séjour nous avons aussi organisé une manifestation sur l´Esplanade des Droits de l´Homme, au Trocadéro. Nous voulions interpeller l´opinion public sur le fait que même les Roms en provenance des milieux très précaires peuvent prendre leur destin en main et s´engager sur la voie des études... „Que ce n´est pas forcément évident prouve aussi le fait que lorsque les vendeurs africains de souvenirs ont vu débarquer nos jeunes sous la Tour Eiffel, ils croyaient que nous étions une bande de voleurs organisée, et ils voulaient nous chasser...“ décrit Ivan Akimov une de leurs nombreuses aventures parisiennes.

Par ces mots, on peut se faire une idée  de qui est Ivan Akimov. Un artiste qui a décidé de montrer aux Roms, que l´on peut vivre aussi diféramment. „Oui, ceci est aussi une de nos aventures de  la Tour Eiffel. Ça ne sert à rien de pleurer. C´est comme ça, des bandes similaires existent, bien que pas exclusivement roms... Nos jeunes ne peuvent rien faire d´autre, que de regarder la vérité en face. Si nous voulons changer quelque chose, il faut commencer par soi, bien travailler à l´école, ne pas traîner, ne pas chercher sans arrêt des excuses. Bosser dur. Ça aussi, c´était le sens de notre voyage à Paris et à l´Olympia. Avec ça nous avons encore réussi à visiter l´Exposition de l´Art contemporain rom à la Fnasat, faire deux interventions sur les terrains, dans les campements ilégaux autour de Paris et un concert à Gent, en Belgique.“ Ajoute Ivan Akimov

Le groupe Kesaj Tchave a toujours un programme bien chargé. La semaine dernière ils se sont produits à Prague, avec l´Orchestre symphonique tchèque. „Nous sommes heureux de pouvoir nous produire à Presov, pour la Saint Nicolas, d´autres projets nous attendent l´année prochaine. Mais le projet principal c´est l´école et le bac,  tout le reste passe après,“ dit Ivan Akimov. 

2014_11_26 prešovský večerník_small_1.pdf (5096583)

 

Du bidonville a l´Olympia

#Francúzsko #Rómovia #dokument #súbor

Verona Šikulová, écrivaine | 22.07.2015 13:00

Grenoble, France. Une chaleur horrible. Je zappe la télé. Tout-a-coup j´entends le slovaque. La chaine franco-allemande Arte, passe un court document sur le groupe rom de Kezmarok, qui est passé en fin d´année derniere a l´Olympia.

Celui, qui s´oriente tant soit peu dans le monde de la musique, sait ce que ca veut dire, et aussi, que ce reve n´est pas accessible a tout le monde. Le groupe, sous la direction d´Ivan Akimov, a été applaudi par Paris! Ils ont joué en premiére partie du groupe les Ogres de Barback, et les Francais les ont acceuilli avec enthousiasme.

Arte a préparée un court reportage sur le groupe, plein de discussions avec les interprétes et leur directeur artistique. Les gosses des bidonvilles roms slovaques dansent sur la scene de l´Olympia. „Vous avez peur?“ demande leur chef. „Non, on a pas peur.“ „Vous devez avoir peur. Fais voir comment tremblent tes genoux!“ Un des ados fait trembler ses genoux. „Vous devez tous trembler un peu“ continue le chef, „Nous sommes a l´Olympia!“

Edith Piaf, elle aussi, elle est arrivée a l´Olympia de la „rue“. Et maintenant, il y a eu nos Roms. Nous pouvons etre fiers d´eux. Et aussi, que nous avons des hommes comme Ivan Akimov. D´ailleurs, les Francais l´ont adéquatement récompensé par l´Ordre du Mérite National. Manifestement, personne n´est apôtre en son pays. 

J´ai étée émue de voir comment il parle avec les gosses, comment il fait la tournée des bidonvilles, comment il sait etre copain avec „ses“ enfants. J´en suis arrivée a leur envier un tel camarade sympathique, qui, au lieu de réfléchir étérnéllementt sur la question rom, fait quelque chose de concret. Et, a la difference de beaucoup d´autres, qui parlent plus qu´ils n´agissent, derriere lui, on voit du résultat. Et surtout, on entend!

Je ne veux pas dire qu´il n´y a pas de problemes, mais je m´incline profondément devant les gens qui sont sur les terrains, les enseignants, les travailleurs sociaux, qui font un travail remarquable, sans un mot de reconnaissance, et ils le font quand-meme. On peut travailler avec les Roms, mais chez nous, on ne parle que des exemples négatifs.

Nous avons aussi en Slovaquie des Roms qui ont réussi, qui sont universitaires. Et il y en a beaucoup, sauf qu´ils sont comme invisibles. Et il faut parler des succés! Il faut les metre plus en avant que les ratés et les incompréhensions. 

Je cherchais sur l´internet slovaque des infos sur Kesaj Tchave a Paris, mais je n´ai trouvée qu´une petite info comique, dans la quelle il était écrit que le groupe allait se produire dans l´Olympia greque (!). Cela m´a fait sourire.

De ce documentaire sur Arte, je n´en ai vue qu´un extrait, mais j´ai eue la chair de poule, parcqu´il y avait tout: la beauté, la passion, les couleurs, la tristesse, la nostalgie, la débrouille, du jeu, de la fiérté et de la misére. Il y avait du rom, du slovaque, et grace a Ivan Akimov, qui a de forts liens avec le milieu culturel francais, il y avait aussi quelque chose de francais.

Pour le groupe de Kezmarok, mais aussi pour nous, les Slovaques en général, cela voulait dire un saut en avant, par exemple parmi les groupes musicaux dont on parle. Et grace au reportage que j´ai vu, on saura a l´étranger, que nous avons en Slovaquie aussi des gens qui ne veulent pas construire des murs et des murailles autour des localités roms, mais qui, au contraire, les „démolissent“. Ils savent bien, que l´homme n´utilise pas ses mains uniquement pour donner des claques et pour menacer, mais aussi, pourquoi pas, pour tendre la main a l´autre. Les contacts et les interférences des cultures, c´est ce qu´il y a de plus intéréssent.

 

© AUTORSKÉ PRÁVA VYHRADENÉ

 

Tournée été 2015 Presse.zip (7267188)

 Nice Matin avril 2017