Slam

 
 

kesaj tchavé 

dedicat a ivan e elena akimov

e als joves ròms dels monts tatràs

longa vida a la fada dels enfants!!

 

un corredor sorne

e d'uelhs

coma s'eran tròp bèls

 

un corredor nus

e de mans

coma s'eran de liuces

 

un corredor

e 'nas votzes

coma s'eran un cèl

que s'ascla

 

corredor

pòble arrancat

als viatges

dels pòbles

 

corredor brun

al mièg

d'un vilatge blond

i se vengan esquiçar

las trevas

segludas

qu'entr'aici

avem carrejadas

 

vilatge e

corredor

dedins

e dedins

pòble

dels

en defòra

 

e las montanhas

se perdon

enlamont

al dessus

de la miseria

 

e quauques diusses

e quauques sants

i se perdon

la centena

 

en jos de las montanhas

senhorejan

las ombras...

e còsses entremièg

coma una condemnacion

a l'esquiç

e a la gaug

 

kesaj tchavé

la fada

fantona

fenestras

pels ventres

dels enfants

 

kesaj tchavé

ivana

stano

e

los autres

'na familha

que lugreja

coma

instants

d'aucels

 

kesaj tchavé

viure

coma

pesar

los liuces

viure

coma

traucar

las estelas

viure

coma

balhar

cambas

al cèl

 

 

 

kesaj tchavé

dedins

lo corredor

del mièg

de la vila

blonda

kesaj tchavé

jòga

aquel ser

al bidonvila

d'en dejos la montanha

kesaj tchavé

te demanda

l'autò

per montar

enlamont

mas rai te dison

que tot pariu

i podrian anar

a patas

kesaj tchavé

monta

dins l'autò

e te demanda pas

çò que sabes

del pòble ròm

kesaj tchavé

te ditz çaquelà

que los ròms

son pertot

que quitament

n'i a fin qu'a

la fin de l'espanha

kesaj tchavé

vòl saupre

cossi se ditz

kesaj tchavé

dins lo gadjò

del teu pais

kesaj tchavé

t'explica pas res

sonque

te balha

kesaj tchavé...

 

cada jorn

cada matin

corredor

e

liuç

kesaj tchavé

 

 

baracas de fusta

miseria que bodinfla...

e la musica

de longa

que raja

nusa

amb

d'uelhs

que

dançan

per

tot

lo

còs

 

dròlles desterrats

familhas fòrabandidas

e cantas

de

las

mans

dolentas

que

nhacan

lo malur

amb

d'aur

a las

dents

 

bidonvilas que se multiplican

emont de vielhs trastes

e la gaug

lusenta

que

te

fissa

als uelhs

e

emmasca

lo negre

de

l'èr

que

te

passa

entre

las mans

 

 

enfants

coma

cigalas

perdudas

enfants

coma

solelhs

trufaires

e la

vielha

caraca

la

vielha

invesibla

al fond

de ton cap

que boissa

la meca

d'una

nena

que res

vendrà

pas domdar

jamai!

 

'nas cantas ara

s'enquistan

jos

la tià pèl

coma

una

magia

que coa

coma

una

sciencia

de

las broas

 

 

gitana

manocha

tzigana

cigalas perdudas

al mièg

de las vilas

e de las montanhas

abroa de

las abroas

 

ròm

la planèta

ròm

aquel matin

del corredor

gautut

coma

una gaug

 

matin

coma

un trauc

que trauca

la ronha

de la miseria

e del racisme

 

matin

 

la ronha aquesta

que la se cal cambiar

en bocadas

d'aur

e de mèl

en còcas

de rires

e de formulas

magicas

 

matin

 

la paur

que la se cal lecar

coma

'na vielha nafra

amb

d'escupinha

d'angèl

amb

de sang

d'aucèl

 

matin

aòrta fonsala

que

ronfla

e

batalha

los còsses

e

los

comola

de votzes

que montan

pus naut

que lo cèl

 

enfants sens aiga potabla

dervichis de la miseria

guerilhièrs d'amor

a s'esquiçar las votzes

fin qu'a que te cambien

en flors

 

dròlles de las gremas d'aur

dròlles que cercan

a paupas

la calor

d'una responsa

 

kesaj tchavé

cantas

e danças

enfantesas

e pòbles

qu'enfantan

camins

de caminar

 

 

kesaj tchavé

inventar

de vida

aqui ont

s'es programada

la mòrt

d'un pòble

jols aplaudiments

de tantes autres pòbles

qu'aiman pas

los pòbles

que se carrejan la vida

sus d'esquinas

que dançan

 

kesaj tchavé

la subrevida

kesaj tchavé

la respelida

ieu

voldriai pas

qu'Euròpa

se perdesse

la flor negra

 

kesaj tchavé

un corredor

al mièg

d'una vila

que se crei tròp blanca

'na vila

tanplan coma la mià

un matin

de mileni novèl

un matin

que voldriai pas

daissar perdre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

kesaj tchavé

dédié à ivan et elena akimov

et à tous les jeunes roms des monts tatras

longue vie à la fée des enfants!!

 

 

 

un couloir sombre

et des yeux

comme s'ils étaient trop grands

 

un couloir nu

et des mains

comme si c'était des éclairs

 

un couloir

et des voix

comme si c'était

un ciel

qu'on fend

 

couloir

peuple

arraché

aux voyages

des peuples

 

couloir brun

au milieu

d'un village blond

viennent s'y déchirer

les fantômes

remplis de siècles

que jusqu'ici

nous avons charriés

 

village et

couloir

au dedans

et dedans

peuple

des

en dehors

 

et les montagnes

se perdent

tout là-haut

au dessus

de la misère

 

et quelques dieux

et quelques saints

y perdent

leur ciboulot

 

au dessous des montagnes

règnent

les ombres...

et des corps les traversent

comme une condamnation

à la déchirure

et à la joie

 

kesaj tchavé

la fée

enfante

des fenêtres

sur le ventre

des enfants

 

kesaj tchavé

ivana

stano

et

les autres

une famille

qui étincelle

comme

des intants

d'oiseaux

 

kesaj tchavé

vivre

comme

peser

les éclairs

vivre

comme

trouer

les étoiles

vivre

comme

donner

des jambes

au ciel

 

kesaj tchavé

dans

le couloir

du milieu de la ville

blonde

kesaj tchavé

joue

ce soir

au bidonville

du dessous de la montagne

kesaj tchavé

te demande la voiture

pour monter

là-haut

mais ça fait rien

ils te disent qu'aussi bien

ils pourraient y aller

à pied

kesaj tchavé

monte

dans la voiture

et ne te demande pas

ce que tu sais du peuple rom

kesaj tchavé

te dit quand même

que les roms sont partout

qu'il y en a même

jusqu'au fond de l'espagne

kesaj tchavé

ne t'explique rien

seulement

te donne...

kesaj tchavé

 

chaque jour

chaque matin

couloir

et

éclair

kesaj tchavé

 

baraquements en bois

misère qui boursoufle

et la musique

encore et encore

qui coule

nue

avec des yeux

qui dansent

sur

tout

le

corps

 

enfants déplacés

familles expulsées

et chants

aux

mains

douloureuses

qui

mordent

le malheur

avec

de l'or

aux dents

 

bidonvilles qui se multiplient

amoncellement de vieilles ferailles

et la joie

luisante

qui

te

pique

aux yeux

et ensorcelle

le noir

de l'air

qui

te glisse

entre

les mains

 

enfants

comme

cigales

perdues

comme

soleils

moqueurs

et la

vieille

gitane

la vieille

invisible

au fond

de ta tête

qui mouche

le nez

d'une gamine

que rien

ne viendra dompter

jamais!

 

des

chants

s'enkystent

sous

ma peau

comme

une magie

qui couve

comme

une science

des

bordures

 

gitane

manouche

tzigane

cigales perdues

au coeur

des villes

et

des montagnes

bordure

des bordures

 

rom

planète

rom

ce matin

joufflu

comme

de la joie

 

matin

comme

un trou

à faire

dans la gâle

de la misère

et du racisme

 

matin

 

et cette gâle

qu'il faut convertir

en bouchées

d'or

et de miel

en gâteaux

de rires

et de formules

magiques

 

matin

 

et la peur

qu'il faut lécher

comme

une vieille balafre

avec de la salive

d'ange

avec du sang

d'oiseau

 

matin

aorte fondatrice

qui

pulse

et

bataille

les corps

et les

remplit

de voix

qui montent

plus haut

que le ciel

 

enfants sans eau potable

derviches de misère

guerriers d'amour

déchirant leurs voix

jusqu'à ce qu'elles

te changent

en fleurs

 

gosses aux larmes d'or

gosses qui

cherchent

à tâtons

la chaleur

d'une réponse

 

kesaj tchavé

chants

et danses

enfances

et peuples

qui enfantent

des chemins

à cheminer

 

kesaj tchavé

inventer

de la vie

là où

on a programmé

la mort

d'un peuple

sous les applaudissements

de tant d'autres peuples

qui n'aiment pas les peuples

qui transportent leur vie

sur des épaules

qui dansent

 

kesaj tchavé

la survie

kesaj tchavé

la renaissance

moi

je ne voudrais pas

que l'europe

perde

sa fleur

noire

 

kesaj tchavé

un couloir

au milieu

d'une ville

qui se croit trop blanche

une ville pareille

à la mienne

un matin

de millenaire

que je ne voudrais pas

laisser perdre

 

 

kazmarok ( eslovaquia, al pè del tatràs, montanha europenca), unses tals matins, entre lo 6en e lo11en de l'agost de 2007