http://info.arte.tv/fr/roms-en-slovaquie

 

vimeo.com/113713029

Du bidonville à l´Olympia

Verona Šikulová, écrivaine | Pravda, 22.07.2015 13:00

Grenoble, France. Une chaleur horrible. Je zappe la télé. Tout-a-coup j´entends le slovaque. La chaîne franco-allemande Arte, passe un court document sur le groupe rom de Kezmarok, qui est passé en fin d´année dernière à l´Olympia.

Celui, qui s´oriente tant soit peu dans le monde de la musique, sait ce que ça veut dire, et aussi, que ce rêve n´est pas accessible à tout le monde. Le groupe, sous la direction d´Ivan Akimov, a été applaudi par Paris! Ils ont joué en première partie du groupe les Ogres de Barback, et les Français les ont acceuilli avec enthousiasme.

Arte a préparée un court reportage sur le groupe, plein de discussions avec les interprètes et leur directeur artistique. Les gosses des bidonvilles roms slovaques dansent sur la scène de l´Olympia. „Vous avez peur?“ demande leur chef. „Non, on a pas peur.“ „Vous devez avoir peur. Fais voir comment tremblent tes genoux!“ Un des ados fait trembler ses genoux. „Vous devez tous trembler un peu“ continue le chef, „Nous sommes à l´Olympia!“

Edith Piaf, elle aussi, elle est arrivée à l´Olympia de la „rue“. Et maintenant, il y a eu nos Roms. Nous pouvons être fiers d´eux. Et aussi, que nous avons des hommes comme Ivan Akimov. D´ailleurs, les Français l´ont adéquatement récompensé par l´Ordre du Mérite National. Manifestement, personne n´est apôtre en son pays.

J´ai étée émue de voir comment il parle avec les gosses, comment il fait la tournée des bidonvilles, comment il sait être copain avec „ses“ enfants. J´en suis arrivée à leur envier un tel camarade sympathique, qui, au lieu de cogiter éternellement sur la question rom, fait quelque chose de concret. Et, à la différence de beaucoup d´autres, qui parlent plus qu´ils n´agissent, derrière lui, on voit du résultat. Et surtout, on entend!

Je ne veux pas dire qu´il n´y a pas de problèmes, mais je m´incline profondément devant les gens qui sont sur les terrains, les enseignants, les travailleurs sociaux, qui font un travail remarquable, sans un mot de reconnaissance, et ils le font quand-même. On peut travailler avec les Roms, mais chez nous, on ne parle que des exemples négatifs.

Nous avons aussi en Slovaquie des Roms qui ont réussi, qui sont universitaires. Et il y en a beaucoup, sauf qu´ils sont comme invisibles. Et il faut parler des succès! Il faut les mettre plus en avant que les ratés et les incompréhensions.

Je cherchais sur l´internet slovaque des infos sur Kesaj Tchave à Paris, mais je n´ai trouvée qu´une petite info comique, dans la quelle il était écrit que le groupe allait se produire dans l´Olympia grecque (!). Cela m´a fait sourire.

De ce documentaire sur Arte, je n´en ai vue qu´un extrait, mais j´ai eue la chair de poule, parcequ´il y avait tout: la beauté, la passion, les couleurs, la tristesse, la nostalgie, la débrouille, du jeu, de la fierté et de la misère. Il y avait du rom, du slovaque, et grâce à Ivan Akimov, qui a de forts liens avec le milieu culturel français, il y avait aussi quelque chose de français.

Pour le groupe de Kezmarok, mais aussi pour nous, les Slovaques en général, cela voulait dire un saut en avant, par exemple parmi les groupes musicaux dont on parle. Et grâce au reportage que j´ai vu, on saura à l´étranger, que nous avons en Slovaquie aussi des gens qui ne veulent pas construire des murs et des murailles autour des localités roms, mais qui, au contraire, les „démolissent“. Ils savent bien, que l´homme n´utilise pas ses mains uniquement pour donner des claques et pour menacer, mais aussi, pourquoi pas, pour tendre la main à l´autre. Les contacts et les interférences des cultures, c´est ce qu´il y a de plus intéressant. 

© AUTORSKÉ PRÁVA VYHRADENÉ

 

Afficher l'image d'origine

TT 18.35 Arte Magazine

13 décembre 2014

Arte reportage

Slovaquie : Les Enfants de la Fée

/Présenté en alternance par Andrea Fies et William Irigoyen/ Reportage de Yann Le Gléau et Sébastien Mesquida  (France, 2014, 40 mn)/55 mn. Inédit.

Tous les jours,  à 14h tapantes, Ivan Akimov vient chercher avec sa voiture une dizaine de jeunes Roms habitant un bidonville prés de Kezmarov, dans l´est de la Slovaquie. „Cette population a du mal à sortir des on enfermement. Du coup, plus il y a d´enfants, mieux c´est. On les prend tous.“ Ivan prend ensuite la direction du lycée qu´il a crée pour eux et d´un espace de répétition ou les jeunes Roms apprennent à danser et à chanter ensemble, au sein de leur troupe Kesaj Tchave („Les Enfants de la Fée“ en langue tsigane). Seuls les meilleurs auront droit de partir en tournée et de faire deux dates à l´Olympia, à Paris, en première partie des Ogres de Barback. Un rêve pour ces gamins de la misère et de la boue, jamais sortis de leur village. Et un travail titanesque pour Ivan, qui, en plus de coordonner les répétitions, doit trouver des vêtements de scène, des chaussures, et convaincre les parents de faire faire une carte d´identité à leurs enfants.

Ivan Akimov, ex-exilé politique tchécoslovaque en France, connaît les exigences des spectacles internationaux. Face à Vlado, Lucia et Kika, l´homme, ogresque et tendre, se transforme en metteur en scène fiévreux, les exhortant à prendre leur destin en main à travers cette aventure artistique. Depuis les bidonvilles slovaques, filmés par des drones, jusqu´à la scène de l´Olympia, où, robes de mille feux, voix polyphoniques, les corps débordent d´énergie. Trente minutes de bonheur avec des Tsiganes heureux.  

Emmanuelle Skyvington

Rediffusion 15/12 à 6h50

Pour ces enfants tsiganes, un reve devenu réalité : chanter, danser sur scene

TV Arte

La chaine culturelle franco-allemande, Arte, est la Mecque du film documentaire. 
Nous avons eu la chance d´avoir deja plusieurs fois figuré dans la programmation de divers films documentaires. A chaque fois, c´était un peu par hasard. Comme par ex. dans la "Cuisine aux sommets", qui était orienté expréssement sur l´art cuilinaire dans les régions de montagnes a travers le globe, et en principe, les Kesaj Tchave n´y ont rien a faire. Mais ce serait sans compter avec Paľo Pekarčík, assistent de régie, qui a quand meme réussi a faire venir le réalisateur, Stéphane Domingus, a une de nos répétitions... et c´était ensuite un jeu d´enfant pour lui, que d´inventer un quiproquo pour nous faire figurer dans son document. C´était relativement simple, nous sommes partis du postulat romantique que les Roms sont les enfants de la nature, et qu´ils pechent les poissons dans les ruisseaux a la main, et ensuite ils les font cuire dans leurs chaumiéres... Alors, nous sommes allés acheter une truite surgelée au Tesco voisin, Ciaš a fait semblant de l´attraper dans le ruiseau du coin, la maman de Rastik, Helena, l´a ensuite fait mijoter avec les marikla, pendant ce temps, nous, on a joué et dansé... et le document était fin pret! 
Ceci était notre deuxiéme productions dans Arte. Avant, nous sommes deja passés lors de l´entrée de la Slovaquie dans l´Union Européenne (30.5.2004).
Mais le sommum, c´étaient les deux reportages de What´s Up Productions en 2014. D´abord en mai, les Portraits d´Europe, dans le cadre de Ľ Europe de Solidarités". Nous étions choisis pour représenter la Slovaquie dans le cadre des prochaines éléctions au Parlement Européen.
Sur la base de petit succés de 6 minutes, la rédaction des Grands Reportages a décidée de nous donner plus d´espace, 25 minutes, qui sont devenus en fin de compte 38 minutes au final.
Le tournage a été réalisé en octobre 2014. Yann le Gléau e tSébastien Mequida, de What´s Up Production, ont documentés les préparatifs et le départ en tournée a l´Olympia, ainsi que tout le séjour en France.
C´était une formidable aventure, tres intéressante, pleine d´enseignements, tout en étant un véritable défi pour tous les participants - représenter la Slovaquie, le lycée, les Roms, les osadas, devant le monde entier, puisque le reportage était aussi diffusé par la TV5 International.

TV5 Monde, est une chaine francophonne, avec le siége a Paris. Elle émet dans le monde entier, et est recu de maniere ininterompue, 24heures sur 24., dans plus de 257 millions de familles, dans plus de 200 pays et territoires du monde. C´est la deuxiéme chaine la plus regardée au mode, apres MTV2.

 
Le reportage avait une tres bonne audience, ainsi que des retours tres positifs.
 
Le reportage a été rediffusé sur Arte le 19 juillet 2015 a 20h. A en juger les tres nombreuses réactions des spectateurs durant tout le mois qui a suivi le reportage (lors de notre tournée d´été 2015) - tous les jours nous avons été interpellés par des  passants dans la rue, nous disant: "On vous a vu a la télé...", c´est a croire que la France entiéere était rivée aux écrans télés ce jour-la... Les réactions était toutes tres positives, chaleureuses, directes: "c´est bien ce que vous faites, continuez..."
Encore un grand merci a Yann le Gléau et a Sébastien Mesquida, ainsi qu´a Arte, de nous avoir donné cette fomidable vitrine, et de nous avoir soutenus dans notre démarche!
Le reportage a été rediffusé sur Arte le 2 juillet 2016 a 18h50. Cette fois-ci nous nous trouvions a Angers,  l´audimat était tjrs au top, mais le sommum, c´était la semaine suivante en Allemagne, a Rudolstadt, ou nous étions interpellés toutes les 5 mn par les passants dans la rue... 
Et lorsque nous avons demandé aux organisateurs du plus grand festival d´éthno musique en Europe comment ils sont tombés sur nous, la réponse était: Arte! En effet, ils nous ont vu lors du petit reportage en mai 2014, et ils ils ont eu l´envie de nous inviter. Ce fut fait en juillet 2016...