Les Cluzels

Le Cioff, ça a commencé pour nous un jour d´été 2004, à Saint Maixent, au Festival des Rife, au quel nous participions. Alain Cluzel, comme par hasard, passait par là (il ne laisse passer aucun festival depuis qu´il est tout petit :), nous voyant entre deux spectacles, nous demande si on voudrait participer à d´autres festivals de ce type. Bien sûr, et comment... Et l´année prochaine nous étions partis pour une tournée de 5 semaines à travers toute la France. Ainsi que les années suivantes. Depuis, Alain et Marie-Anne nous ont suivi un peu partout, jusqu´à chez nous à Kežmarok... Des fidèles parmi des fidèles. Merci est peu-dire...

 

www.kesaj.eu/fr/projekt/kesaj/priatelia-a-partneri/cioff/

 

www.kesaj.eu/fr/projekt/kesaj/festivals/portes-du-monde/

 

Alain est un inconditionnel de tous les festivals Cioff, un des fondateurs du Cioff, et aussi un des pères du festival de son Felletin natal. Il ne laisse passer pratiquement aucun évènement Cioff, tous ses étés, il les passe sur la route des festivals. C´est comme ca qu´il est tombé sur nous, et comme il nous l´a dit par la suite, dès qu´il nous a vu pour la première fois, il est resté sous le charme du groupe. Et cela même avant de nous avoir vu sur scène. En tant qu´expert de longue date en tout ce qui touche au folklore, il a tout de suite compris la spécificité de notre ensemble, sa particularité, qui le différencie des autres groupes folkloriques. Les Cluzels sont ainsi devenus nos fidèles supporters, intermédiaires, amis proches.

Lorsqu´Alain, pour la première fois, entre deux spectacles, est venu me voir pour me demander si cela nous intéresserait de participer aussi à d´autres festivals du même genre, j´ai répondu, poliment, mais un peu à la légère, que oui, bien entendu… De par mon parcours de musicien professionnel, j´ai été habitué à ce genre de déclarations enthousiastes, suite à une belle prestation, mais qui en général ne menaient à rien… Là, c´était tout le contraire. Avec ces quelques mots a commencée notre incroyable aventure Cioff. Les années qui ont suivies nous ont, grâce à Alain, et aussi grâce à notre sérieux, conduits à presque tous les festivals Cioff en France. Chaque été, nous partions sur les routes, nous avons traversé la France en long et en large, du nord au sud, d´est en ouest. Nous avons découvert la France profonde, la France véritable. Un pays magnifique, avec des gens magnifiques. Partout, où que nous allions, nous étions très bien reçus. Jamais le moindre soupçon d´un rejet ou préjugé quelconque. Et pourtant, ici aussi il y a des problèmes avec des roms… Vraiment, une très belle aventure, exceptionnelle, des souvenirs inoubliables.

Vive la France!

 

 

16.4.2022

Cher Alain,

 
Je viens de (re)voir la vidéo de Kesaj Tchave que tu viens de mettre sur le FB. Tout d´abord je suis content de te voir en forme et actif, j'imagine que pas que sur le fb, mais que tout va pour le mieux aussi dans la vie courante. 
Que de souvenirs en regardant cette vidéo, des tranches de vie, des moments heureux, des moments valeureux, parfois même héroïques... lorsque, ensemble, nous avons fait front a la fatalité, à la misère, à l'exclusion. Oui, ça peut sonner pathétique, mais il n´en reste pas moins qu´il en fut ainsi. Je revois tous ces jeunes, maintenant adultes, avec des traversées de vies diverses, mais avec un dénominateur bien commun, le passage par le groupe, et nota bene, par les différentes étapes estivales, que ce fut Felletin ou d ́autres, pratiquement innombrables, lieux de production du groupe lors des festivals, et ce passage a marqué la vie de ces jeunes, je le vois bien maintenant, des années après... Non, ils ne sont pas devenus des chercheurs ou des médecins, pas plus que des banquiers ou professeurs. La plupart ont suivi le destin auquel ils étaient prédisposés, heureusement, pour un certain nombre d´entre eux, avec du positif, ce qui se traduit au niveau le plus élémentaire par une modeste aisance matérielle, ce qui n´est pas difficile, vu le point zéro qui était le leur au départ. Il y en a aussi, hélas, qui n´ont pas eu cette chance, et qui n´ont aucune chance de s'extraire de l'étau de la misère. Une misère noire, sans la moindre ouverture sur du positif pour l´avenir. C´est dur à voir, mais encore plus dur à vivre. Quand je rencontre, des années après, au hasard de mes retours aux bidonvilles, les jeunes de la vidéo, ceux qui sont mal lotis, la seule chose qu´ils me demandent, c´est une photo de l´époque du groupe... Bien sûr, je leur donne, c´est la moindre des choses. Et puis je me dis, que si c´était à refaire, bien sûr, je le referais... car je ne vois pas ce que je pourrais faire d´autre.
Voila Alain, une sorte de bilan, des années après... Je t´en fais part, car vous avez  été avec Marie-Anne, durant nos années Cioff, des participants (très) actifs à ces moments de bonheur éphémères, et qui somme toute, arrivent à perdurer même des années après... 
Je te joins aussi un rapport "confidentiel", mais vous faites partie de nos intimes... (j´y parle des personnes concrètes, et je ne voudrais pas que ce soit diffusé en public).
Après la période d´accalmie pandémique obligatoire, nous venons de reprendre les répétitions et nous avons de prévu une petite tournée fin mai, début juin. Du 26 au 28 mai à Tomblaine, près de Nancy, et ensuite jusqu´au 1 juin à Paris. Nous n ́ avons rien de prévu pour l ́ été, mais à vrai dire nous ne cherchons plus des grandes tournées, d'une part parce que le groupe est constamment à refaire, mais surtout, nous sommes conscients avec Hélène de nos limites physiques, il faut y aller à l'économie :) 
 
Amitiés et Joyeuses Pâques 
 
Ivan et Helena
 
p.s.
je n´en parle jamais, mais l´aventure du groupe m´a permis aussi de s'affirmer sur le plan artistique. Bien qu ́ ayant derrière moi une carrière de musicien professionnel, la pratique de la scène avec cet ensemble de jeunes pour le moins atypique m'a fait découvrir des horizons et des façons de faire nouvelles, loin des sillages tout faits du milieu du show biz. Il fallait tout simplement s´adapter au "matériel" artistique humain que j'avais en face de moi. Et ce "matériel" était loin d'être ordinaire, il est très rare, surtout en Europe, de côtoyer une population ayant un tel rapport fusionnel avec sa culture musicale, que les Roms... Et ça, je crois que tu l'as compris dès que tu nous as vus...