Aven Savore

est une troupe de musique créée par l'association

Intermèdes-Robinson

à la suite de sa rencontre avec les

Kesaj Tchave.

Musiciens, chanteuses et chanteurs, danseuses et danseurs,

venus des quartiers, des bidonvilles et des hôtels sociaux du

Nord Essonne,

se retrouvent au sein de cette compagnie qui mêle les influences pour une production à la fois artistique et sociale.

Après des années de galères dans les camps, en fait, toute leur enfance d´expulsion en expulsion... mais aussi après des années d´accompagnement des associations, les Intermèdes Robinson en l´occurrence, ayant réussi à mettre en place un suivi au niveau des activités d´éveil, de parascolaire et d´accompagnement à la scolarité. Nous, nous avons pu interférer avec notre apport artistique et humain, en créant des passerelles culturelles entre ces communautés et la majorité, en créant du lien social au sein même des communautés roms, puisque des tsiganes originaires des Balkans ont pu rencontrer leurs cousins de Slovaquie, imprégnés d´une toute autre culture, mais se retrouvant autour d´une même base, à savoir une identité rom transnationale, universelle, et surtout positive, car accueillie d´une manière positive par la société majoritaire lors des rencontres avec les publics les plus divers à travers les spectacles et les tournée effectuées. Mieux encore, cette culture était partagée, vécue par des non-roms, par de français, africains, maghrébins, par tous ces jeunes qui ont partagé le projet Aven savore.

Donc, même si partis du jour au lendemain, sans bagages, les cabanons rasés avec tout leur bien dedans, ils partent quand-même avec un bagage culturel, social et humain, qu´ils n´auraient pas eu la moindre chance de constituer sans la rencontre avec les Intermèdes, avec nous, d´où la pertinence de toutes ces actions qui parfois semblent désuètes, sans signification immédiate, perdues dans la masse énorme des problèmes de tous les jours et des problèmes de toujours. Comme cette fois-ci, nous avons travaillé pendant plus d´un an avec des jeunes, et au moment crucial, lorsque nous aurions pu en tirer avantage, cueillir les fruits de notre investissement, il n´en est rien, car ceux-ci sont évaporés, perdu dans la nature, tout est à recommencer. Mais, bien entendu, il en va de bien plus que d´une série de spectacles ou performances artistiques. Il en va de ce bagage humain, et celui-là, heureusement, on n’a pas besoin de valises pour l´emporter, les bulldozers auront beau raser, les cabanes tomberont, mais les souvenirs et acquis resteront et ces jeunes seront prêts à reprendre du service, dès que l´occasion se présentera. Et cela, de par notre expérience, nous le savons pertinemment, alors on continue, à remettre sans cesse le même ouvrage, à refaire les même premiers pas avec des gosses et des jeunes différents et pourtant tous les mêmes...