Les yeux de la ville

Geneve

 

Un truc complétement ouf! Je ne sais pas dans quelle mesure le verlan a investi le français de la Suisse romande, mais c´est l´expression la plus appropriée pour ce qui s´est passé sous les arcades d´une sortie d´autoroute improbable dans un soi-disant parc de la zone de la proche banlieue genévoise.

Le sol couvert d´innombrables éclats de verre de bouteilles, des individus du genre SDF, trainant par-ci, par-là, un banc déglingué, une poussette éventrée, un bitume fissuré, il fait chaud, une marmite déborde de goulasch préparé à ciel ouvert par l´organisatrice de ce festival grandiose, dont cette marmite était la concrétisation flagrante et bouillante.

L´organisatrice, d´origine serbe, jeune et dynamique, n’avait, visiblement, pas froid aux yeux... Selon toute vraisemblance, elle a réussi à obtenir un financement de la municipalité génevoise pour cette manifestation culturelle de haut vol, et elle s´est lancée, débordante de fougue balkanique, dans l´organisation de l´événement. Je ne me souviens plus comment nous sommes tombés sur ce contact phénoménal. Toujours est-il, que le jour convenu, nous nous sommes présentés dans ce décors à la Koustourica, et nous n´avons pas pu faire autrement, qu´avec...

Genève était sur le tracé de notre route de cet été, alors, pourquoi pas...

Nous ne pouvions pas imaginer le scénario qui nous attendait, mais une fois sur place, comme toujours dans ce genre de situations aberrantes, l´essentiel est de garder la tête haute et le sourire enjôleur, ne pas sombrer dans la déprime et le désespoir, sauver les apparences devant les troupes pour que celles-ci tiennent le coup.... Alors, on y va, à fond, sans retenue, comme à l´Olympia, les SDF n´ont qu´à bien se tenir... La troupe suit, du moment que ça joue, ça danse et chante... On avale la goulash, sans trainer plus que ça, on s´évacue vers l´étape suivante. Nous laissons Genève sur Drina derrière nous...