Molenbeek

 
Résultat de recherche d'images pour
 
Do Molenbeeku sme sa dostali v rámci Festivalu Balkan Trafik v Bruseli. Festival sa snažil násjť nejaké vhodné lacné ubytovanie, čo nebolo vonkoncom samozrejmé, uchýliť 30 člennú rómsku skupinu zo Slovenska sa pomaly ale iste javilo zúfalo beznádejné. Blížil sa termín odchodu na zájazd, a otázka ubytovania stále nebola vyriešená. Našťastie, na poslednú chvíľu sa nám ozvala moslimská organizácia z Molenbeeku, a ponúkli sa že nám poskytnú noćľah v ich klubovni. Bolo to veľmi skromné ubytovanie, tak ako aj organizácia ktorá nás hostila. Ale milé, boli sme radi že sme sa vôbec mali kam uchýliť. Skladacie vojenské postele z prvej svetovej nám vôbec nevadili, boli sme napáskovaní ako sardinky, chlapci dole, dievčatá hore, bolo by nemysliteľné spať na tom istom poschodí, ale dalo sa to zvládnuť. 
Toto všetko bolo ešte pred nešťastnými udalosťami, keď sa zrazu Molenbeek stal centrom sťa by svetového terorizmu. Ale napätie tu bolo cítiť. A aj veľmi silný vplyv mimoeurópských kultúr. Severná Afrika. Ženy a dievčatá zahalené, butiky na orientálny spôsob, exotika. Hakim Nadj, vedúci združenia ktoré nás hostilo, mi hneď na úvod povedal, že sú zúfalí zo situácie v akej sa nachádzajú. Z ich mestečka, vlastne jednej štvrti Bruselu, je najväčší odliv mladých na džihád. Ich deti, ich súrodenci, ich susedia masívne odchádzajú bojovať do Sýrie, a niet tomu pomoci, oni, ich starší bratia, moslimovia, si s tým nevedia rady. Sú ostarcizovaní všetkými, jednými aj druhými, nikto ich nechce brať vážne. Problém sa zametá pod koberec. A vlastne aj tak vznikla myšlienka nás prijať. Keďže nikto nechcel našu skupinu ubytovať, nenašla sa žiadna organizácia spomedzi humanitárnych alebo ľudskopravných asociácií, ktorá by bola ochotná prijať u seba skupinu mladých rómov zo Slovenska, ponúkli sa moslimovia zo športového klubu že rómov prijmú. Chceli tak ukázať že aj oni patria do sociálnej sféry, do siete organizácií ktoré pôsobia v meste a zapájajú sa do spoločenského života. Vlastne to bol zúfalý pokus ako na seba upozorniť inak, ako tými odchodmi do Sýrie, a tým všetkým čo prišlo onedlho potom.
Spočiatku bolo cítiť menší odstup, darmo keď je niekto zahalený od hlavy po päty, kontakt sa nadväzuje ťažšie. Ale bola tu snaha z oboch strán, a postupne to nabralo tie správne grády. Futbal, batucada, tanec, diskotéka. A nebolo čo riešiť :)
Posledný deň, ráno, sme sa pustili do varenia. Kuskus je ok, fajn, bol výborný, ale už sa nám žiadalo niečo aj podľa našej chuti. Dievčatá, na čele s Helenou, sa pustili do varenia gulášu. Samozrejme, hovädzieho. Zahalené baby so zvedavosťou sledovali dianie okolo hrncov a všetko pozorovali spoza svojich šatiek a buriek. Naše kočky, ako ináč, popri korenia, používali aj hudobné koreniny, a ako sa varilo, tak sa aj tancovalo, Pavlovce a Dáša bežali na plné obrátky, a netrvalo dlho, už sa zvŕtali všetky, zahalené, nezahalené, také i onaké. V tanci sme si všetci rovní a rovné... 
 
 

Bruxelles – Spectacle – débat avec le Délégué aux Droits de l´Enfant, Theatre Varia, 24. avril 2015

Molenbeek – Rencontre avec la Batoucada, 24. 4. 2015

Bruxelles – Festival Balkan Trafik! 24 – 25 avril 2015

 

Molenbeek

Le séjour en Belgique était organisé aussi en partenariat avec une association musulmane, faisant partie de la Cellule de Lutte contre l´exclusion sociale à Molenbeek, qui oeuvre dans les quartiers à lutter contre les dérives de leur ville en proie a des extrémistes islamistes. Tous les responsables, qui s´engagent au jour le jour auprès des leurs, déplorent une totale absence des institutions, l´abandon, la fuite en avant des politiques et des représentants de l´état. Et encore, nous ne pouvions pas imaginer ce qui allait suivre quelques mois plus tard... Hakim, le responsable des moniteurs, la quarantaine, sportif, dynamique, m´expliquait, effaré, que leur petite ville est en prime position en Europe par raport au pourcentage des départs des jeunes pour le djihad. Des gossent qu´ils voient naître, grandir, et qui, un jour partent pour l´enfer... Le désarroi, l´horreur. L´abandon total des institutions, le désengagement des politiques. Lorsque le Festival Balkan Trafik qui nous a invité en Belgique, les organisateurs cherchaient des partenaires pour nous héberger, il n´y avait pas foule pour loger une trentaine de roms slovaques, alors l´association de Hakim s´est portée volontaire, pour faire preuve d´engagement citoyen. Leurs moyens étaient plus que modestes, ils nous ont mis à disposition leurs locaux à Molenbeek, une cuisine et réfectoire en bas, et deux piéces à l´étage, dans les quelles nous avons tous dormi sur des lits de camps de l´armée qui dataient de la première guerre mondiale. Peu importe le confort, l´essentiel est, qu´il y avait de la bonne volonté et où s´abriter. Au début le contact avec les filles, toutes voilées, certaines en burqa, était un peu distant, elles ont fait un couscous, nous avons fait de la musique, et puis au troisième jour, lorsque nous avons pris possession de la cuisine pour faire de la goulash, et que nos filles chantaient et dansaient tout en cuisinant, les filles de Molenbeek n´ont pas pu résister, et tout le monde a fini dans une magistrale partie de disco-cuisine qui a eu raison de toutes les distances et retenues que l´on sentait au début. Après il y a eu encore un match de foot, on a discuté, rigolé, papoté, et puis nous sommes repartis comme nous sommes venus. Ce n´est certainment pas cela qui aura changé le cours des choses, mais même des „petits rien“ sont mieux que rien du tout... La nature a horreur du vide, on ne sait que trop bien ce que d´autres peuvent faire face à des jeunes en manque de repéres. Et notre repére à nous, c´est être bien ensemble, tout simplement...

Entre temps nous avons pu faire connaissance des autres Roms slovaques de Bruxelles, qui se sont passé le mot, et venaient nombreux à nos spectacles. Ils n´étaient pas tous, et de loin, toujours très fréquentables. Émmechés, ils réclamaient bruyamment qu´on les fasse entrer sans payer. Mais nos jeunes, sortis de la même marmite, ne se laissaient pas faire et ont assuré un solide service d´ordre en les envoyant balader. On a pris juste les plus jeunes et les petits. Le Festival, de très haut niveau, avec Bregovic comme tête d´affiche, nous avait donné deux accompagnateurs à temps plein pour nous éviter tout désagrément. Il se trouve que les deux jeunes gens étaient deux Roms roumains qui se sont portés volontaires comme bénévoles du festival. Des Roms, benévoles, plutôt incongru comme image. En fait ils étaient nés en Belgique, de parents de l´émigration, mais étaient parfaitement intégrés, étudiaient en fac, et ils s´engagaient dans des associations qui oeuvraient pour leurs semblables moins bien lotis. Ils se sont occupé de nous, pendant tout le festival ils étaient à l´écoute du moindre de nos soucis. Nous avons fait aussi un rapide tour touristique de la ville, le Manneken-Pis, l´Atomium, et lorsque nous avons traversé la Grand-Place, inondée de Roms roumains, mendiants à tout va, ils savaient tout de suite trouver les bons arguments en romani: „Hé, grand-mère, tu me demandes une pièce, alors que tu te fais construire un palais en Roumanie, tu es plus riche que moi...“. Nous avons ainsi discuté avec la tribu des mendiants, qui n´arrivaient pas à comprendre ce que l´on faisait là. Des Tsiganes touristes?! Un concept inconcevable pour eux... Les médias se sont intéréssés à notre présence, d´une part notre prestation était très remarquée du point de vue artistique, mais aussi, dans le context social et politique, la participation d´une troupe tsigane nombreuse, venant des bidonvilles, à un événement artistique majeur de la ville, ne passait pas inaperçue et interpellait les journalistes. Les journaux, télévisions, CNN, ont largement, en termes positifs, relayés la présence de notre troupe à Bruxelles. Rtbf titrait: „Kesaj Tchave redonne de la fierté aux Roms de Bruxelles“.